11 février 1937 – Premier contrat syndical de l’histoire automobile

11 février 1937 – Premier contrat syndical de l’histoire automobile

Aujourd’hui est une date importante dans l’histoire du syndicalisme nord-américain.

Après une grève difficile de 44 jours à l’usine Fisher Body de Flint, dans le Michigan, le président de General Motors (GM), Alfred P. Sloan, a signé le premier contrat syndical de l’histoire de l’industrie automobile américaine. Organisée par l’Union des travailleurs de l’automobile (UAW), la grève avait pour but d’obliger GM à céder du terrain à ses travailleurs. Les travailleurs de GM avaient déjà manifesté, et ils avaient été licenciés et remplacés. L’UAW a décidé qu’il était nécessaire d’arrêter complètement une usine pour réunir les dirigeants de la société à la table des négociations. Les travailleurs américains avaient reçu l’appui des travailleurs canadiens de l’automobile qui ont fait la grève au même moment à l’usine d’Oshawa en Ontario.

La veille du Nouvel An 1936, 45 minutes après le lunch, les dirigeants syndicaux ont ordonné l’arrêt de la chaîne de montage. GM s’est adressé aux tribunaux pour obtenir une injonction contre les travailleurs au motif que la grève d’occupation était inconstitutionnelle. L’injonction a été annulée lorsqu’il a été découvert que le juge qui présidait l’affaire était propriétaire de plus de 200 000 dollars d’actions GM. Douze jours après le début de la grève, alors que les travailleurs étaient toujours arrêtés, Sloan ordonna d’éteindre le chauffage dans le bâtiment et empêchait les travailleurs d’avoir accès à de la nourriture de l’extérieur.

La police, armée de gaz lacrymogène et d’armes à feu, a encerclé le bâtiment. La police a tiré – d’abord des gaz lacrymogènes et plus tard des balles – dans l’usine. Des piqueteurs sympathiques à l’extérieur, dont beaucoup de membres de la famille des grévistes, ont aidé à casser toutes les fenêtres de l’usine en lançant des pierres depuis leur position debout. D’autres, encore plus courageux, ont brisé la ligne de piquetage avec leurs automobiles pour former une barricade empêchant les véhicules de police de prendre le contrôle du bâtiment occupé par les grévistes. Enfin, quelques jours après la bataille des Running Bulls, alors que la confrontation violente commençait à être connue, le gouverneur du Michigan, Frank Murphy, fit appel à la Garde nationale dans le but d’empêcher toute nouvelle violence. La présence de la garde nationale a renforcé la confiance des grévistes. Conscients de la futilité de leur position, les dirigeants de GM se sont rendus à la table de négociation. Après une semaine de négociations sous la présidence personnelle du gouverneur Murphy, un accord entre GM et l’UAW a été conclu.

Cette entente avec les travailleurs de Flint a déclenché par la suite près de 500 grèves impliquant près de 500 000 travailleurs partout au Canada et aux États-Unis pour demander de meilleures conditions de travail.

 

 

Poster un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des