26 février 1725 – Naissance de Nicolas Cugnot

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
26 février 1725 – Naissance de Nicolas Cugnot
Nicolas Joseph Cognot

Son nom est cité à chaque fois que l’on parle de la naissance de l’automobile. On peut accorder la paternité du moteur moderne au physicien, mathématicien et astronome hollandais Christian Huygens.  En 1673, il présente devant la cour du roi Louis 14 sa machine à poudre. Il s’agit d’un cylindre vertical vide qui renferme un piston. Huygens se sert de poudre à canon comme carburant. Après la détonation, le piston est projeté au fond du cylindre créant ainsi la base du mouvement du moteur à combustion. On appelle cette invention le moteur à explosion en raison de la poudre à canon utiliser comme carburant. Cela qui allait proposer un premier véhicule fonctionnmant avec un moteir allait naître quelques années plus tars le 26 février 1725.

Ce n’est qu’en 1768 que va apparaître la première forme de voiture. C’est le français Nicolas Joseph Cugnot qui travaillait à l’époque dans l’armée Autrichienne avant de devenir inventeur et journaliste à Paris. Cette année-là il dessine un fardier à vapeur (projet subventionné par le royaume de la France) qui servirait de tracteur à l’artillerie française pour traîner des canons sur les champs de guerre. Il construit donc un premier fardier à vapeur doté de trois roues qui fonctionne avec un moteur à vapeur à l’avant.

La troisième roue était placée à l’endroit où les chevaux seraient normalement arrimés au chariot. En 1769, il construisit une version complète, capable de transporter quatre tonnes et de parcourir environ 3,9 km / h. Il a été conçu pour transporter jusqu’à quatre passagers ainsi que sa cargaison. En 1771, un deuxième fardier aurait heurté un mur après la perte de contrôle de son conducteur, ce qui aurait entraîné le premier accident de voiture enregistré. Cugnot avait supposément omis de mettre des freins sur son invention. Faute d’argent il ne peut entreprendre de deuxième version. C’est sous le régime de Napoléon qu’il fera une version améliorée et testé entre 1797 et 1799. Cugnot avait réussi à transformer le mouvement rectiligne des pistons en un mouvement rotatif continu rendant le moteur efficace.

Une parenthèse intéressante doit être accordé à Alessandro Volta, ce physicien italien qui a inventé la pile électrique. En 1766 il a mis au point le pistolet Volta qui démontrait qu’un gas explosif peut être allumer par électricité. C’est ce principe qui sera utilisé plus de cent ans plus tard pour les démarreurs électrique comme on les connait aujourd’hui. En 1807, le suisse Isaac de Rivaz se sert de la base du pistolet de Volta pour un véhicule à moteur mû par hydrogène. Il remplacera ses chevaux par ce moteur fixe sur une charrette pour la livraison postale.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des