Acura NSX 2017

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
Acura NSX 2017

Acura NSX

La raison sans la passion

Benoit Charette

 

Acura a créé une petite révolution lorsqu’elle a présenté la première génération de la NSX. À cette époque, les voitures exotiques étaient plus près de l’artisanat que de la réelle précision industrielle. Acura a donné un grand coup de pied dans le derrière des Ferrari, Lamborghini et compagnie en amenant une voiture qui était non seulement performante, mais aussi confortable, facile à conduire et surtout fiable, une rareté à cette époque. Vingt-cinq ans plus tard, c’est en se basant sur les mêmes prémisses qu’Acura nous dévoile sa deuxième génération de NSX.

 

Un style moderne
Ce n’est nul autre que le légendaire Pininfarina qui avait été mandaté pour faire le dessin de la première NSX. Cela transpirait l’élégance italienne. Pour 2017, l’efficacité a primé sur l’élégance. La voiture, conçue par Honda aux États-Unis, regorge de trappes d’air pour refroidir les turbos, les freins, canaliser le flux d’air pour améliorer l’aérodynamique ou encore augmenter l’appui au sol à haute vitesse. Alors que la première génération favorisait la forme sur la fonction, c’est l’inverse qui a dicté l’expression visuelle du modèle 2017. L’équipe de concepteurs s’est ensuite contentée d’ajouter quelques angles bien sentis, et voilà. Elle n’a pas le style ludique d’une Lamborghini ou l’exubérance d’une Ferrari. Elle se place plutôt dans le style plus rationnel d’une allemande comme l’Audi R8.

 

Ambiance sportive
Même si l’habitacle est limité à deux passagers, l’espace est généreux. Vous avez le choix de sièges de série plus rembourrés ou de sièges sport en option. Pour une conduite de tous les jours, je vous conseille la première solution. La console centrale est dominée par une mollette qui se trouve normalement là où se trouve le contrôle du volume de la radio. Cette mollette active quatre différents modes de conduite qui changent la configuration et la couleur de l’écran TFT situé devant le conducteur. La transmission se commande par bouton et vous pouvez conduire en mode complètement automatique ou en mode manuel avec palettes au volant. Le sentiment de grand espace de la première génération est toujours aussi présent, et Acura a travaillé très fort à construire un pilier A mince qui n’obstrue en rien l’excellente visibilité.

 

La fée électrique

La NSX, à l’image de la Porsche 918, de la McLaren P1 ou de la Ferrari, est une voiture hybride. Elle utilise la puissance de l’électricité pour apporter un surplus de puissance au moteur V6 biturbo placé en position centrale. Les moteurs électriques n’ont donc ici aucune autre fonction que celle d’ajouter de la puissance, pas de vertu écologique. Et pour ceux qui se demandent si cette NSX peut se conduire en mode tout électrique, la réponse est oui, mais pour à peine un kilomètre. Derrière le conducteur, en position centrale, repose le moteur V6 3,5 litres biturbo de 500 chevaux et 406 livres-pied de couple. Il s’agit en fait d’un tout nouveau moteur placé de manière longitudinale et non transversale. Cette particularité est redevable aux deux turbos ajoutés au moteur qui ne trouvaient pas d’espace suffisant dans une position transversale, ce qui a forcé Acura à fabriquer un moteur longitudinal. À la puissance du moteur thermique s’ajoutent 3 moteurs électriques. Le premier se trouve à l’arrière, pris en sandwich entre la boîte à double embrayage à 9 rapports et le moteur à essence. Les deux autres sont placés à l’avant, un moteur par roue, et ils agissent indépendamment l’un de l’autre. Vous avez en fait un véhicule 4 roues motrices avec gestion active du couple qui donne une tenue de route surréaliste à la NSX. La puissance combinée du moteur à essence et des moteurs électriques donne 573 chevaux et 476 livres-pieds de couple.

 

Conduite rassurante

Même avec une coque entièrement en aluminium et l’utilisation de fibre de carbone, la NSX doit composer avec des moteurs électriques et des batteries très lourdes, qui ramènent le poids à 1725 kilos. Il faut toutefois admettre que ce poids n’est pas un facteur négatif dans le comportement routier. La monte d’origine prend la forme des pneus Continental SuperContact, choisis pour un heureux mélange de performance et de confort. Moyennant supplément, vous pouvez opter pour des Pirelli P Zero ou des Michelin Pilot Cup 2, qui se caractérisent dans les deux cas par une adhérence supérieure et une espérance de vie plus courte. Première constatation, toutes les qualités de la première génération se retrouvent dans la nouvelle. On expérimente le même confort, cette grande docilité, une facilité de conduire qui est déconcertante. La puissance a fait un sérieux bond en avant. Vous avez le choix de 4 modes de conduite : Sport, Sport +, Track et Quiet. En mode Track, vous avez droit à un mode de lancement, un Lauch Control comme disent les Anglais. Facile à utiliser, il vous permet de faire un 0-100 km/h en 3 secondes, mais les ingénieurs nous ont avoué que le système est calibré pour environ 400 départs canon. Ce n’est donc pas recommandé de l’utiliser à outrance, cela risque de vous coûter une transmission et un embrayage. Le mode Quiet limite le moteur à 4000 tours/minute et diminue le bruit de 25 décibels pour ne pas réveiller le voisinage si vous rentrez un peu tard. Le plus étonnant, outre sa puissance, est l’extraordinaire linéarité de la puissance combinée de tous les moteurs et la tenue de route sidérante. Contrairement à bien des moteurs turbo, qui souffrent de temps mort, les moteurs électriques prennent la relève dans tous les petits trous de régime et donnent une poussée en continu jusqu’à 7500 tours/minute. Wow.

 

Sur circuit routier, grâce à la gestion active du couple qui permet de contrôler individuellement chaque roue à l’avant, vous arrivez à défier les lois de la gravité. Vous pouvez accélérer avant la fin d’une courbe et le système va faire tourner la roue intérieure plus lentement et la roue extérieure plus rapidement en vous relançant sur la ligne droite sans aucune forme de roulis. Une efficacité redoutable et une facilité de conduire qui rendront le pilote moyen plus compétent, trop peut-être. Pour plus de performance, vous pouvez choisir des freins en carbone-céramique à 12 900 $, ajouter un becquet et un toit en fibre de carbone pour 11 000 $.

 

Conclusion
Si le choix d’une voiture exotique faisait uniquement appel à la logique, vous iriez de ce pas vous procurer une NSX. Cette voiture est non seulement puissante et rapide, mais elle est aussi fiable, agréable à conduire et durable. Toutefois, l’émotion si importante pour une voiture exotique fait défaut. Tout est bien mesuré, dosé, réfléchi, un peu trop peut-être. Il manque cette touche de folie qui caractérise si bien les supervoitures. Avec un prix de base à 189 900 $ et une version tout équipée à 250 000 $, il n’en manque pas beaucoup pour arriver dans le territoire de Ferrari et de Lamborghini, et l’aura d’Acura n’a pas encore atteint le statut des italiennes.

 

Forces

 

  • Tenue de route remarquable
  • Confort surprenant
  • Facilité de conduire remarquable

 

Faiblesses

 

  • Manque d’émotion dans la conduite
  • Direction sans vie
  • Très peu de rangements et pratiquement pas de coffre

 

Fiche Technique

 

  • LA COTE VERTE MOTEUR V6 DE 3,5 L (SOURCE: L’Annuel)
    CONSOMMATION (100km) ville 12,8 L route 9,6 L CONSOMMATION ANNUELLE 1 904 L, 2 570 $ • INDICE D’OCTANE  91  • ÉMISSIONS POLLUANTES (CO2) 4 379 kg/an
  • FICHE D’IDENTITÉ
  • VERSION(S) NSX
  • TRANSMISSION(S) 4
  • PORTIÈRES 2 PLACES 2
  • PREMIÈRE GÉNÉRATION 1990
  • GÉNÉRATION ACTUELLE 2016
  • CONSTRUCTION Marysville, Ohio, É-U.
  • COUSSINS GONFLABLES 6 (frontaux, latéraux, rideaux latéraux)
  • CONCURRENCE Audi R8, Chevrolet Corvette, Ford GT, Jaguar F-Type, Lotus Evora, Mercedes-Benz-AMG GT, Nissan GT-R, Porsche 911/Cayman GT4
  • AU QUOTIDIEN
  • COLLISION FRONTALE nm
  • COLLISION LATÉRALE nm
  • VENTES DU MODÈLE L’AN DERNIER
  • AU QUÉBEC nm AU CANADA nm
  • DÉPRÉCIATION (%) nm
  • RAPPELS (2011 à 2016) nm
  • COTE DE FIABILITÉ nm
  • GARANTIES… ET PLUS
  • GARANTIE GÉNÉRALE4 ans/80 000 km
  • GROUPE MOTOPROPULSEUR 5 ans/100 000 km
  • PERFORATION 5 ans/kilométrage illimité
  • ASSISTANCE ROUTIÈRE 4 ans /kilométrage illimité
  • NOMBRE DE CONCESIONNAIRES
  • AU QUÉBEC 13   AU CANADA 50
  • NOUVEAUTÉS EN 2017
  • Nouveau modèle
    FICHE TECHNIQUE
  • + MOTEUR(S)
  • (NSX) V6 3,5 L DACT biturbo + 3 moteurs électriques
  • PUISSANCE 500 ch de 6 500 à 7 500 tr/min + moteurs électriques: arrière 47 ch, avant (2) 36 ch chacun à 4 000 tr/min, 573 ch total combiné
  • COUPLE 406 lb-pi de 2 000 à 6 000 tr/min + moteurs électriques: arrière 109 lb-pi de 500 à 2 000 tr/min, avant (2) 54 lb-pi de 0 à 2 000 tr/min chacun
  • RAPPORT POIDS/PUISSANCE 3,0 kg/ch
  • BOITE(S) DE VITESSES manuelle robotisée à 9 rapports, avant: automatique à 1 rapport
  • PERFORMANCES 0-100 KM/H 3,2 s
  • REPRISE 80-115 km/h3,0 S (est.)
  • FREINAGE 100-0 km/h ND
  • NIVEAU SONORE À 100 km/hmoyen
  • VITESSE MAXIMALE 307 km/h
  • + AUTRES COMPOSANTS
  • SÉCURITÉ ACTIVE freins ABS, assistance au freinage, répartition électronique de la force de freinage, contrôle électronique de la stabilité, antipatinage, phares adaptatif, avertisseur d’obstacle latéral et arrière
  • SUSPENSION avant/arrière indépendante
  • FREINS avant/arrière disques
  • DIRECTION à crémaillère, assistée électriquement
  • PNEUS P245/35R19 (av.), P305/30R20 (arr.)
  • +DIMENSIONS
  • EMPATTEMENT 2 629 mm
  • LONGUEUR 4 470 mm
  • LARGEUR 2 217 mm
  • HAUTEUR 1 214 mm
  • POIDS 1 725 kg
  • RÉPARTITION DU POIDS AV/ARR (%) 42/58
  • DIAMÈTRE DE BRAQUAGE 12,1 m
  • COFFRE 110 L
  • RÉSERVOIR DE CARBURANT 59 L

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des