Alfa Romeo Stelvio 2018: Bellisimo

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
Alfa Romeo Stelvio 2018: Bellisimo
2018 Alfa Romeo Stelvio Sport

La renaissance d’Alfa Romeo est un processus long et difficile chez nous. Le premier modèle, la 4C, a été boudé par les acheteurs. Voiture sport intéressante mais trop pointue… Les gens d’Alfa doivent à présent miser sur la berline Giulia pour remettre la marque en selle. Un troisième produit prometteur va venir s’ajouter à l’offre. Basé sur la même plate-forme que la Giulia, le premier VUS Alfa entend faire la lutte aux Audi Q5, Porsche Macan, Mercedes GLC et autres BMW X3 de ce monde. Dites bonjour au Stelvio. Tirant son nom du célèbre col alpin du Stelvio, qui est le plus haut col routier des Alpes italiennes, ce premier utilitaire de la famille Alfa a une lourde tâche sur les épaules, celle de locomotive financière de la marque. Les VUS sont en demande et le Stelvio sera commercialisé dans plus de 60 pays, dont le Canada, d’ici la fin de l’année 2017, et le but est de remplir les coffres de FCA, qui sont à sec.

Style accrocheur

Conçu sur la même plate-forme Giorgio qui se trouve sous la Giulia, le Stelvio profite du même empattement de 2,82 mètres avec cinq centimètres de plus en longueur, trois en largeur et surtout 24 centimètres en hauteur avec une garde au sol qui passe de 13 à 20 centimètres. Il faut aussi mentionner que les matériaux légers (l’aluminium pour la partie arrière, le capot, les suspensions et même les moteurs) utilisés dans la construction de la Giulia ont également trouvé leur chemin vers le Stelvio, qui économise en moyenne une centaine de kilos face à ses adversaires comme le Macan et le Q5. Le style effilé et élégant à l’italienne n’a d’égal que la calandre typique. Un véhicule aux proportions bien senties. Les épaules sont assez larges, la silhouette est à la fois sobre et intemporelle et sera plus agressive dans la future version Quadrifoglio, qui sera plus près d’un VUS GT que de l’utilitaire de fonction.

Intérieur un peu décevant

L’habitacle suit également les lignes tracées par la Giulia. La planche de bord, les matériaux et la présentation générale sont similaires. Le Stelvio en reprend même l’écran multimédia de 8,8 pouces. Le style général est classique avec de véritables compteurs analogiques et l’ensemble de la planche de bord est bien présenté. Ce n’est pas aussi luxueux que chez Audi ou Porsche, mais le rapport prix-équipement risque d’être plus avantageux, si on se fie à ce qui est offert en Europe. Selon les versions à deux litres, vous aurez droit à des sièges en tissu ou en cuir, qui sont dans les deux cas très confortables. Au chapitre de l’habitabilité, vous vous trouvez dans un cocon qui calque ses dimensions sur celles du Porsche Macan au millimètre près. Vous allez rabattre la banquette 1/3, 2/3 en un plancher presque plat et vos bagages seront accueillis par un coffre de 525 litres avec un hayon électrique de série. L’assise est assez droite à l’avant, ce qui permet de gagner un peu d’espace pour les jambes à l’arrière. Notons en terminant qu’Alfa, à l’instar de ses concurrents allemands, n’est pas un monument de technologie. Il y a des assistances à la conduite de base comme l’avertissement de franchissement de bande, le régulateur de vitesse adaptatif, l’alerte de trafic transversal en cas de marche arrière. Toutefois, la liste n’est pas aussi exhaustive que chez Mercedes, Audi, Porsche et BMW.

Plus puissant que la concurrence

C’est une vieille tradition chez Alfa Romeo de toujours arriver sur le marché avec le véhicule le plus puissant de sa catégorie. Dans les années 60, lorsque la Giulia se présente sur le marché, elle offre plus de chevaux-vapeur que ses concurrents. Le Stelvio fait la même chose. Le premier moteur existant est un 4-cylindres deux litres turbo produisant 280 chevaux, alors que le Porsche Macan et l’Audi Q5, avec un moteur similaire, en contiennent 252, et le X3 de BMW, 248. La puissance disponible passe par une boîte de vitesses automatique à huit rapports très souple et bien étagée. Les modèles vendus chez nous profiteront de la transmission intégrale Q4, qui privilégie la propulsion avec un renvoi de couple sur le train avant maximal de 50 % lorsque le besoin s’en fait sentir. Comme la majorité des concurrents, les versions d’entrée de gamme ne disposent pas de suspensions pneumatiques ou d’amortissements pilotés. Pour ce faire, il faudra attendre la version Quadrifoglio, qui sera transportée par le même V6 de 2,9 litres turbo et 505 chevaux et qui amènera le Stelvio dans un autre territoire. Encore une fois, cette puissance démoniaque pour un petit utilitaire le placera au-dessus de la mêlée des modèles AMG ou M. Mais cette version n’arrivera pas avant l’an prochain.

Conduite précise

Première constatation en prenant le volant, vous n’avez pas l’impression d’être dans un VUS.  Cet utilitaire se conduit comme une voiture. La direction est la plus précise à ce jour dans un utilitaire de ce gabarit et devance même le Macan, qui était ma référence à ce chapitre. Le plaisir de conduire, qui a toujours été la marque de commerce d’Alfa, est intact dans le Stelvio. Il faut également noter le châssis moderne. Il fait preuve d’une grande maîtrise sur les routes sinueuses du nord de l’Italie. Le Stelvio n’accuse pratiquement pas de roulis et les pneus merveilleusement bien collants n’ont d’égal que la boîte automatique, qui réalise un mariage idéal avec la mécanique. Bref, que du bonheur au volant. Il faut aussi ajouter que toute cette maîtrise n’est pas édulcorée par une suspension trop sèche comme c’est le cas chez certains concurrents. Le confort de la suspension est excellent, le confort des sièges se montre sans faille et l’insonorisation dans l’habitacle est de première qualité. Vous avez donc un environnement douillet qui est capable de devenir sportif sans pénaliser l’expérience de conduite.

Conclusion

Voilà un véhicule qui a le potentiel de remettre la marque sur le droit chemin. Même si le Stelvio arrive tard dans l’arène des utilitaires de luxe de taille moyenne, qui est déjà très encombrée, il a le mérite d’offrir plus. Plus de confort, plus de puissance, plus de tenue de route, plus de plaisir au volant que ses plus proches adversaires. Un comportement très près de celui de la Giulia avec un plus grand côté pratique. Au moment d’écrire ces lignes, aucun prix n’avait encore été dévoilé pour le Canada, mais il faut savoir que du côté de l’Europe, le prix est un peu plus avantageux concernant le modèle deux litres de la concurrence. Il y a certes moins de gadgets, ce qui pour moi est une bonne chose, mais pour mettre l’émotion et le plaisir de conduire en avant-plan, vous êtes assurément au bon endroit. Il reste maintenant à convaincre l’auditoire de considérer le produit.

Forces

Comportement routier

Insonorisation

Un style unique

Faiblesses

Moins d’électronique que la concurrence

Certains détails de finition

Assise des sièges un peu courte à l’arrière

Fiche Technique

Prix 52 995 à 89 000 $ (est.) t&p 1 795 $

LA COTE VERTE MOTEUR L4 DE 2,0 L TURBO (SOURCE L’Annuel)
CONSOMMATION (100 km) ville 11,5 L route 8,5 L (est.) • CONSOMMATION ANNUELLE 1 700  L, 2 295 $ • INDICE D’OCTANE  91  • ÉMISSIONS POLLUANTES (CO2)  3 910 kg/an

NOUVEAUTÉS EN 2018

Nouveau modèle

 

FICHE D’IDENTITÉ

 

VERSION(S)  VUS 5 portes 5 places 4RM  Base, Sport, Ti, Ti Sport, Ti Lusso, Quadrifoglio

GÉNÉRATIONS 1ère 2018 ACTUELLE 2018

CONSTRUCTION Cassino, Italie

COUSSINS GONFLABLES 8 (frontaux, genoux avant, latéraux avant, rideaux latéraux)

CONCURRENCE CATÉGORIE Utilitaires de luxe compacts Acura RDX, Audi Q5, BMW X3 / X4, Buick Envision, Infiniti QX50, Jaguar F-Pace, Land Rover Discovery Sport / Range Rover Evoque, Lexus NX, Lincoln MKC, Mercedes-Benz GLC, Porsche Macan, Volvo XC60

 

AU QUOTIDIEN

 

COLLISION FRONTALE nm LATÉRALE nm

VENTES EN 2016 AU QUÉBEC nm  AU CANADA nm

DÉPRÉCIATION (%) nm

RAPPELS nm

COTE DE FIABILITÉ nm

 

CONNECTIVITÉ ET MULTIMÉDIA (certains en option et/ou peuvent requérir un abonnement)

AUDIO SiriusXM, Apple CarPlay, Android Auto (disponible fin 2017)

NAVIGATION/INTERNET Navigation GPS, 3D

CONNEXION TÉLÉPHONIQUE Bluetooth

 

+ MOTEUR(S)

 

(Base, Ti) L4 2,0 L DACT turbo

PUISSANCE 280 ch à 5 250 tr/min

COUPLE 306 lb-pi de 2 500 à 5 500 tr/min

RAPPORT POIDS/PUISSANCE 6,0 kg/ch (est.)

BOITE(S) DE VITESSES automatique à 8 rapports avec mode manuel, manettes au volant en option

PERFORMANCES 0-100 KM/H 6,0 s  (est.)

REPRISE 80-115 km/h ND

FREINAGE 100-0 km/h ND

NIVEAU SONORE À 100 km/h ND

VITESSE MAXIMALE  232 km/h

 

(QUADRIFOGLIO)  V6 2,9 L DACT  biturbo

PUISSANCE 505 ch à 6 500 tr/min

COUPLE 443 lb-pi  de 2 500 à 5 500 tr/min

RAPPORT POIDS/PUISSANCE 3,8 kg/ch (est.)

BOITE(S) DE VITESSES automatique à 8 rapports avec mode manuel et manettes au volant

PERFORMANCES 0-100 km/h 4,4 s (est.)

REPRISE 80-115 km/h  ND

FREINAGE 100-0 km/h  ND

NIVEAU SONORE À 100 km/h  ND

VITESSE MAXIMALE 285 km/h

CONSOMMATION (100 km) ville 15,0 L route 10,5 L (est.) (octane 91)

ANNUELLE 2 159 L, 2 915 $

ÉMISSIONS POLLUANTES (CO2) 4 966 kg/an

 

+ AUTRES COMPOSANTS

 

SÉCURITÉ ACTIVE ADDITIONNELLE (certains en option) Avertisseur d’impact imminent avec freinage autonome, avertisseurs d’obstacle latéral et de sortie de voie, régulateur de vitesse adaptatif avec fonction arrêt-départ, phares adaptatifs, caméra de recul, sonar de stationnement avant et arrière

SUSPENSION avant/arrière indépendante, adaptative en option, ajustable sur Quadrifoglio

FREINS avant/arrière disques, carbone-céramique en option sur Quadrifoglio

DIRECTION à crémaillère, assistée

PNEUS Base 18 po Ti/option Base P235/55R19 option Ti P255/45R20

 

+DIMENSIONS

 

EMPATTEMENT 2 818 mm

LONGUEUR 4 687 mm

LARGEUR 1 903 mm

HAUTEUR  1 671 mm

POIDS 1 675 kg (est.) Quadrifoglio 1 905 kg (est.)

RÉPARTITION DU POIDS AV/ARR (%) ND

DIAMÈTRE DE BRAQUAGE 11,7 m

COFFRE 525 L

RÉSERVOIR DE CARBURANT  64 L

CAPACITÉ DE REMORQUAGE 750 kg, 2000 kg (remorque avec freins)

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des