Bugatti Chiron 2018 : Si Léonard DeVinci avait conçu une voiture

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
Bugatti Chiron 2018 : Si Léonard DeVinci avait conçu une voiture

Dix ans après avoir lancé la très médiatisée Bugatti Veyron, Bugatti a encore épaté le monde entier en introduisant la Chiron. Son nom provient du célèbre pilote monégasque Louis Chiron, qui fut l’un des glorieux pilotes d’avant-guerre pour la firme Bugatti. Il a commencé les courses de côtes en 1923 pour terminer sa carrière en 1958 au grand prix de Monaco. Un bel hommage pour un coureur qui a somme toute un palmarès assez modeste.

Tellement belle

On pourrait l’appeler la voiture de la renaissance. Elle reprend à la fois des repères visuels de la 16.4 Veyron et ajoute une ressemblance évidente dans sa ligne de profil avec la fabuleuse Atlantic, dont le C dans l’arrière de la porte devient la signature de la voiture. Si Léonard de Vinci était vivant, il me semble que c’est exactement le genre de voiture qu’il aurait dessinée. La Chiron, malgré une cage de protection en fibre de carbone de seulement 110 kilos et un châssis avec beaucoup d’aluminium, pèse près de deux tonnes. Il faut dire que le moteur 16 cylindres fait à lui seul 450 kilos et que tout le confort imaginable est à bord, et le confort coûte très cher en poids.

Un luxe décadent

La devise d’Ettore Bugatti était : « Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher ». On comprend tout de suite en prenant place à bord. Le mot indécent n’est pas trop fort ici. Le poste de pilotage est entouré de cuir et d’aluminium avec un tableau de bord serti de fibre de carbone. C’est propre, moderne, convivial et tout est orienté vers le conducteur. Ça transpire la richesse. Vous avez un odomètre qui monte jusqu’à 500 km/h, c’est assez pour impressionner. Pas d’écran numérique sur le tableau de bord central, cela donne un style plus épuré et moderne. Deux écrans de chaque côté de l’odomètre affichent la puissance instantanée utilisée à l’accélération de 0 à 1500 chevaux. Vous avez aussi droit comme dans la Veyron à une seconde clef de contact à la droite du conducteur qui permet de faire sortir toute la puissance de la monture. Dans ce mode Sport, la Chiron s’abaisse de 30 millimètres, soit à 80 millimètres seulement du sol. La direction électromécanique se durcit, les amortisseurs aussi, la boîte DSG à sept rapports devient plus rapide qu’elle ne l’est déjà. La gestion électronique du moteur offre plus de réactivité. Mais de grâce, n’essayez pas cela sur une route publique.

Œuvre d’art sous le capot

Si, techniquement, Bugatti se sert du même bloc moteur de 16 cylindres en W gavé de quatre turbos, la Chiron produit 500 chevaux de plus que la Veyron. En fait, Bugatti affirme que 92 % des pièces sont nouvelles et que plus de 650 000 kilomètres de routes ont été nécessaires pour garantir la fiabilité de ce moteur hors norme. Les chiffres défient la logique. Hormis les 1500 chevaux, l’accélération qui passe par la même boîte renforcée double embrayage à sept rapports de la Veyron vous amène à 100 km/h en 2,5 secondes et à 300 km/h en 13,6 secondes. La voiture est électroniquement bridée à 420 km/h non pas en raison d’un manque de puissance mais en raison des pneus, qui ne peuvent supporter plus. Bugatti mentionne qu’avec de meilleurs pneumatiques, la voiture pourrait friser les 500 km/h. Gageons que Michelin travaille déjà là-dessus.

Que du bonheur

Je n’ai pas encore eu le privilège de mettre la main au volant de la Chiron, mais j’ai par contre conduit la Veyron, qui m’a jeté par terre. C’est vrai qu’il manquait un peu de noblesse dans le son du moteur, un peu étouffé par les quatre turbos. Bugatti a vu à ce problème en ajoutant d’abord 500 chevaux et un échappement retravaillé plus sonore. La Veyron se révèle d’une facilité déconcertante à conduire grâce à une mise en marché progressive que la Chiron a conservé. Seulement deux des quatre turbos embarquent à bas régime. Sous les 3000 tours/minute, il fait bon vivre à bord. Passé ces 3000, les quatre turbos embarquent, et là, tout va très vite. Il faut mettre la boîte DSG en mode automatique tellement les passages s’enchaînent vite. Avec une Veyron de 1000 chevaux, j’ai rattrapé une Gallardo qui roulait à fond avec 20 bonnes secondes d’avance en moins de 800 mètres. Imaginez avec 500 chevaux de plus. Même à très haute vitesse, la stabilité est stupéfiante, un tour de force technologique.

Conclusion

Rien ne se compare à une Chiron. Elle laisse derrière toutes les voitures de production au monde.  Personne n’arrive à faire si bien en puissance et en tenue de route. Ce n’est pas pour rien qu’elle se vend 2,4 millions d’euros. Et pour votre information, il en reste un peu plus de 200 des 500 modèles à vendre.

Forces

Une merveille d’ingénierie moderne

Un style à nul autre pareil

Puissance stratosphérique

Faiblesses

Pour milliardaires seulement

On ne voit rien derrière

Pas de rangements

Fiche Technique

Prix 2 998 000 US$ t&p ND $

LA COTE VERTE MOTEUR W16 DE 8,0 L  QUADRUPLE TURBO (SOURCE L’Annuel)
CONSOMMATION (100 km) 23,0 L (est.)• CONSOMMATION ANNUELLE 3 910 L, 5 279 $ • INDICE D’OCTANE  91  • ÉMISSIONS POLLUANTES (CO2)  8 993 kg/an

NOUVEAUTÉS EN 2018

Aucun changement majeur

FICHE D’IDENTITÉ

VERSION(S) Coupé 2 portes 2 places 4RM unique

GÉNÉRATIONS 1ère 2017 ACTUELLE 2017

CONSTRUCTION Molsheim, France

COUSSINS GONFLABLES ND

CONCURRENCE CATÉGORIE Coupés et cabriolets sport de luxe et exotiques Ford GT, Lamborghini Aventador, Pagani Huayra

 

AU QUOTIDIEN

 

COLLISION FRONTALE ND  LATÉRALE ND

VENTES EN 2016 AU QUÉBEC ND  AU CANADA ND

DÉPRÉCIATION (%) nm

RAPPELS (2017) aucun à ce jour

COTE DE FIABILITÉ ND

 

 

FICHE TECHNIQUE

 

+ MOTEUR(S)

 

(CHIRON) W16 8,0 L DACT quadruple turbo

PUISSANCE 1 479 ch à 8 250 tr/min

COUPLE 1 180 lb-pi de 2 000 à 6 000 tr/min

RAPPORT POIDS/PUISSANCE  1,35 kg/ch

BOITE(S) DE VITESSES manuelle robotisée à 7 rapports

PERFORMANCES 0 à 100 km/h 2,5 s 0-200 km/h 6,5 s (est.)

REPRISE 80-115 km/h 1,2 s

FREINAGE 100-0 km/h ND

VITESSE MAXIMALE  420 km/h

 

+ AUTRES COMPOSANTS

 

SÉCURITÉ ACTIVE ADDITIONNELLE (certains en option) aucun

SUSPENSION avant/arrière indépendante, adaptative

FREINS avant/arrière disques

DIRECTION à crémaillère, assistée

PNEUS P285/30R20 (av.) P355/25R21 (arr.)

+DIMENSIONS

EMPATTEMENT 2 710 mm

LONGUEUR 4 463 mm

LARGEUR 2 012 mm

HAUTEUR 1 210 mm

POIDS 1 995 kg

RÉPARTITION DU POIDS AV/ARR (%) ND

DIAMÈTRE DE BRAQUAGE ND

COFFRE 44 L

RÉSERVOIR DE CARBURANT N

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des