Essayez un Jeep dans son élément naturel

Essayez un Jeep dans son élément naturel

Moab- Utah- Le Moab offre parmi les plus beaux panoramas aux États-Unis. Déjà du haut des airs on aperçoit ses larges bandes de terre ponctuées de pic rocheux rouge terre et des sommets enneigés. C’est là qu’auraient vécu les premières civilisations amérindiennes aux États-Unis. C’est aussi là qu’un grand nombre de Western ont été tournés. John Wayne a fait parti d’un si grand nombre de productions, qu’il avait fini par s’acheter une maison près de Moab. C’est donc dans ce décor féérique que Jeep a décidé de mettre à l’épreuve trois de ses véhicules Trailhawk, Le Compass, le Cherokee et le Grand Cherokee question de démontrer ce qu’un Jeep est capable de faire sur de vrais sentiers hors route où nous allons rarement plus vite que quelques kilomètres à l’heure. Le Moab tel que nous le connaissons aujourd’hui existe parce que les mineurs d’uranium ont tracé des sentiers pour former le parc de loisirs qui entoure la petite ville d’un peu plus de 5 000 habitants. Les guides de notre groupe avaient prévu prévu de nous emmener sur les sentiers de Moab, situés derrière les rochers, pour un mélange sain de sentiers de terre, de rochers glissants et d’escalades d’obstacles avec certains endroits qui exigeaient qu’une personne guide chaque véhicule vu la difficulté à franchir certains rochers ou pente abruptes. Un facteur a également changé le cours de notre journée, la neige. Notre guide nous avouait en début de journée que c’était la première fois en 15 ans qu’elle organisait une expédition à Moab avec de la neige au sol. Cela rendait les conditions encore plus difficiles en raison du mélange de neige et de sable qui donnait une espèce de « bouette » assez glissante,

Un peu d’asphalte avant le sable

Nous sommes donc partis en convoi de notre hôtel à Moab pour un 15 minutes de routes pavées avant d’entreprendre notre parcours hors route d’environ 20 km. Notre journée débute au volant du Cherokee. La première chose que nous avons remarquée, c’est à quel point, l’intérieur est haut de gamme par rapport à la génération précédente. Le plastique, le caoutchouc et le cuir de qualité abondent. Vous aurez compris que les versions Trailhawk sont aussi les plus chères. Même une fois sur la terre et sur de petites roches, le roulement se fait en silence et peu de bruits entrent dans l’habitacle, nous permettant de profiter de la radio par satellite qui est la seule radio que l’on puisse écouter. La version Trailhawk confère au Cherokee de meilleurs pneus tout-terrain plutôt pratiques sur ces terrains rocailleux et glissants et le système de traction intégrale Active Drive II de Jeep.
Ce système plus évolué propose un contrôle de descente, une commande de vitesse Select, un différentiel à blocage arrière et des modes de conduite pour différents types de surfaces. Nous avons commencé sur des routes sablonneuses et avons conduit à une vitesse supérieure sur ces sentiers. Le Trailhawk se sentait le plus à l’aise dans cette zone, mais cela ne veut pas dire qu’il n’était pas capable face aux obstacles à venir.
Nous avons aussi fait de l’escalade avec des rochers de bonne taille que nous avons franchis avec une certaine aisance.

Au tour du Compass

Même si le Compass s’est acquitté de toutes les tâches dans la journée, le parcours s’est avéré plus difficile. La qualité des pneumatiques n’est pas aussi bonne et certains rochers ont posé une certaine difficulté. Nous avons dû nous y reprendre à deux reprises dans certains cas. Il n’y a pas non plus de gamme basse comme le Cherokee ou le Grand Cherokee, ce qui rend certaines manœuvres plus délicates et il faut finalement mentionner la capacité de franchissement moindre que les deux autres ce qui signifient que les plaques de protection ont joué leur rôle à quelques reprises. Cela dit, le Compass fait mieux que tous ses concurrents qui n’oseront jamais poser une roue sur un sentier aussi inhospitalier. Mais il faudra payer le prix, notre Compas se négociait à 44 000$ avant les taxes, c’est sacré montant d’argent pour un véhicule de cette catégorie, IL vous faudra sérieusement considérer d’aller faire du hors-route, sinon vous payez une grosse prime pour de l’équipement que vous n’utiliserez pas.

On termine en beauté

La journée s’est terminée au volant du Grand Cherokee qui est de loin le plus compétent du lot. Seul le Jeep Wrangler fait mieux chez Jeep. Équipée d’une suspension pneumatique ajustable qui permet de surélever le camion de plus de 10 cm, vous avez un avantage certain. Vous avez aussi comme le Cherokee un «Crawl Control» qui permet de fixer une vitesse de franchissement d’obstacle automatique et le Grand Cherokee traverse l’obstacle avec une facilité surprenante. C’est aussi celui qui offre le plus grand silence de roulement et le plus de luxe. Notre modèle était équipé du moteur V6 de 3,6 litres, mais le Traihawk vient aussi avec un Hemi de 5,7 litres. Pour tout vous dire, dans nos sentiers où la vitesse moyenne de la journée n’a que très rarement dépassé les 10 à 12 km/h, le V8 était inutile.

Un comportement exemplaire

Les outils à commande électronique de Jeep fonctionnent avec une intelligence prédictive surprenante. Une fois que vous avez placé les commandes, le véhicule se charge du reste

Cette facilité d’utilisation permet de garder l’œil sur le sentier et les vastes paysages du haut désert. La plupart du temps, le conducteur n’avait qu’à maintenir une pression constante sur l’accélérateur et laisse faire la programmation. Le Grand Cherokee est celui qui se fraya un chemin le plus facilement durant notre journée d’aventure hors route. C’était aussi le plus dispendieux à plus de 66 000$. Les descentes les plus raides se faisaient en douceur avec la gamme basse et le contrôle de descente. Même pas besoin de toucher à la pédale de frein.


Conclusion

Nous avons réalisé dans la conduite hors route que l’évolution des technologies a fait d’énormes bonds en avant. Elle est révolue l’époque où le savoir-faire du conducteur qui devait trouver la juste dose entre la bonne dose d’accélération à donner à la boîte manuelle pour franchir un obstacle était une science. Avec les Jeeps, vous avez une programmation plus ou moins étendue selon le modèle et une quincaillerie plus ou moins sophistiquée. Vous n’avez qu’à programmer le tout et vous devenez un conducteur hors route compétent. Cela nous a aussi permis de découvrir que si vous achetez une version Trailhawk sans aller vous salir dans des sentiers de temps à temps vous gaspiller votre argent, prenez à ce moment-là une version moins extrême.

 

Poster un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des