FCA et PSA conviennent d’un accord

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
FCA et PSA conviennent d’un accord

Une autre page de l’histoire automobile s’est écrite hier à Paris et à Milan.  Fiat Chrysler Automobile et le Groupe PSA (Peugeot Société Anonyme)  ont signé un accord de fusion qui en fera le quatrième plus important joueur automobile de la planète. À croire que Chrysler est comme un chat et possède neuf vies.

Cette nouvelle société sera dirigée par le PDG de PSA, Carlos Tavares, et le président de la FCA, John Elkann, assumera le même rôle au sein de la société élargie, ont annoncé hier les sociétés dans un communiqué. La valeur boursière de ce nouveau géant sera évaluée à 47 milliards de dollars américains dépassant Ford.

PSA et FCA ont déclaré que la nouvelle société aura un conseil d’administration de 11 personnes, avec cinq membres nommés par PSA et cinq autres par FCA. Cela comprendra des représentants des travailleurs des deux entreprises. Dans le cadre de l’accord, aucun actionnaire n’aurait le pouvoir d’exercer plus de 30% des voix exprimées lors des assemblées générales.

En fusionnant, PSA et FCA visent à réaliser des économies annuelles de 3,7 milliards d’euros (4 milliards de dollars). Le partage des technologies ainsi que les économies liées aux produits et aux plates-formes devraient représenter environ 40% des synergies annuelles, ont déclaré les sociétés.

Avec des marques telles que Jeep, Dodge, Ram, Chrysler, Alfa Romeo, Maserati et Opel, les constructeurs automobiles ont vendu un total de 8,7 millions de véhicules l’année dernière, mais ont une capacité de fabrication potentielle de 14 millions, selon les prévisionnistes LMC Automotive.

Les entreprises n’ont pas encore précisé précisément comment elles envisagent de faire face à la capacité excédentaire potentielle, et sur quelles plates-formes automobiles elles se concentreront, précisant seulement qu’une majorité du volume de production serait concentrée sur la plate-forme compacte / intermédiaire et la petite plate-forme de PSA.

Les deux constructeurs automobiles ont annoncé qu’ils trouveraient un nom pour la société fusionnée au cours des prochains mois.

L’accord donnera à PSA une présence recherchée depuis longtemps aux États-Unis et devrait aider FCA à gagner du terrain dans le développement de technologies à faibles émissions, où elle a pris du retard sur ses rivaux. Pourtant, la société restera fortement dépendante du marché automobile saturé en Europe et mal positionnée en Chine, le plus grand pays au monde pour les ventes de voitures.

FCA aura accès aux plates-formes de véhicules plus modernes de PSA, ce qui l’aidera à respecter les nouvelles règles d’émissions plus strictes, tandis que PSA, qui se concentre sur l’Europe, bénéficiera de l’activité rentable de FCA aux États-Unis, qui comprend des marques telles que Ram et Jeep. La nouvelle entreprise ne dispose pas de marque haut de gamme et n’a aucune présence en Chine, des problèmes qui devront être abordés.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des