Porsche 718 Cayman GT4 – Tutoyer la perfection

Photo de Benoit Charette
Par Benoit Charette
Porsche 718 Cayman GT4 – Tutoyer la perfection

Il arrive quelques fois par année qu’à la fin de notre semaine d’essai que nous rendions un véhicule avec difficulté. La GT4 a été en 2020 le véhicule le plus difficile à remettre tellement j’ai eu du plaisir au volant. Cette voiture est construite pour ceux qui aiment piloter. Porsche n’a pas fait beaucoup d’erreurs en rassemblant les bons ingrédients pour en faire une sportive désirable.

Commençons par le moteur

Beaucoup ont critiqué, avec raison, la venue des 4 cylindres qui a brisé l’âme de cette voiture. Porsche a elle-même admis avoir fait une erreur à ce chapitre. Nous retrouvons donc un six cylindres en H de 4,0 litres qui livre 414 chevaux sans l’aide de turbo ou de suralimentation. La ligne rouge arrive seulement à 8 000 tours et on retrouver cette musicalité que l’on aimait tant et un peu plus. Vous avez une solide boîte manuelle à six rapports pour accompagner ce moteur avec la fonction autoblip qui fait une excellente imitation d’un talon-pointe lorsque vous rétrogradez. Il faut préciser que ce n’est pas le même moteur 4 litres que la 911 GT3, mais il offre beaucoup de caractère. Ajoutez à cela 309 lb-pi de couple et vous avez une machine capable de vous amener à 100 km/h en 4,5 secondes. Mais ce n’est pas en ligne droite que vous aurez le plus de plaisir. Il vous faut trouver une petite route sinueuse pour apprécier toutes les subtilités de conduite de la GT4.

Une structure de course

Peu de voitures m’ont procuré cette sensation d’être le prolongement de moi-même. La McLaren 675 LT fait partie de cette liste, la Ferrari 450 Stradale qui j’avais eu l’occasion de rouler sur le circuit du Mont Tremblant et cette GT4. Face à la 718 Cayman régulière, qui offre déjà un excellent châssis, cette GT4 est habillée des trains roulants avant et arrière d’une 911 GT3, son châssis est encore plus rigide et la hauteur de conduite est abaissée d’un pouce. Vous pouvez modifier les réglages de carrosserie et ajuster la tension de la barre antiroulis. Vous avez un grand diffuseur arrière qui garde la voiture plaquée au sol et notre modèle d’essai avait des freins en carbone-céramique, une options d’un peu plus de 9 000 $. Dire que cet6te voiture est stable est un euphémisme. Vous avez l’impression qu’elle devine la route tellement elle réagit vite. Ajouter à tout cet équipement des pneus Michelin Sport Cup 2 de 245/35ZR20 à l’avant et 295/30ZR20 à l’arrière et il est impossible de ne rien éprouver derrière le volant. La seule critique constructive va à la boîte manuelle qui offre des rapports qui sont longs, trop longs au goût de plusieurs. C’est parfait si vous êtes sur une route allemande, mais sous nos cieux à basse vitesse, vous êtes déjà à plus de 130 km/h à la fin de la 2e. Il devient dangereux pour votre permis de conduire de faire chanter le moteur plus loin que le 3e rapport. Mais cette voiture n’a pas été pensé pour le Canada, il faut vivre avec.

Un habitacle sans fioriture

Le confort n’arrive pas en haut de la liste des priorités de cette Cayman GT4. Notre modèle d’essai venait avec les sièges en fibre de carbone facturés à un peu plus de 6 700 $. Si ces sièges sont idéals pour une journée au circuit, nous vous recommandons les sièges en cuir plus confortables pour une conduite au quotidien. L’habitable est habillé d’Alcantara. L’écran central de 7 pouces fait fonctionner l’ancienne version du logiciel de gestion des communications de Porsche avec Apple CarPlay inclus et il faut payer un peu plus de 2 600 $ pour le système de navigation. Les amateurs de conduite seront heureux d’apprendre qu’il n’y a pas beaucoup de systèmes d’assistance à la conduite.  La seule touche de couleur dans l’habitacle provenait des surpiqûres contrastantes jaunes qui sont facturées à 1 700 $.

Conclusion

Cette GT4 est magique, rien de moins. Une des Porsche parmi les plus plaisantes qu’il m’a été donné de conduire. Le format, l’équilibre, la puissance, la tenue de route ont peu d’équivalents dans le règne automobile. Porsche, fidèle à ses habitudes, n’y va pas de main morte. Le prix de base de cette GT4 fixé à 113 000 $ est rapidement éclipsé par la quantité d’options embarquées. Notre modèle d’essai avec freins en carbone-céramique, sièges en fibre de carbone, lumières au DEL et système de navigation terminait son escalade à 148 000 $. Cela prend une forte dose de motivation, car en plus cette GT4 est moins confortable que les modèles réguliers. Mais, pour les sensations de conduite, vous serez au paradis. Si vous voulez un peu plus de confort allez-vous chercher une version GTS qui offre le même moteur sans le côté plus radical de la conduite .

Forces

Tenue de route surréaliste

Musicalité mécanique exceptionnelle

Châssis très solide

 

Faiblesses

Prix élevé

Pas de système Android

Sièges en fibre de carbone peu confortables

 

 

Partager cet article