Renouer avec l’entretien : une approche qui rapporte!

Photo de CAA Québec
Par CAA Québec
Renouer avec l’entretien : une approche qui rapporte!

Même d’occasion, l’auto reste une dépense importante. La bonne nouvelle, c’est que les véhicules sont conçus pour durer plus longtemps qu’avant. La mauvaise, c’est que l’on oublie bien des gestes simples qui permettraient de profiter de leur meilleure qualité.

En d’autres mots, les voitures serviraient pendant plus d’années et coûteraient moins cher en réparations avec des habitudes connues (mais abandonnées) et quelques vérifications stratégiques au garage. Après quelques précisions, nous verrons ce qu’on devrait faire soi-même ou confier à un atelier mécanique pour un entretien au point.

Le son de cloche des calendriers d’entretien

Le calendrier d’entretien est une forme d’échéancier basé sur des tranches de durée et de kilométrage (par exemple, 6 mois/8 000 km). Le constructeur y présente une série d’interventions requises quand l’auto franchit chaque étape.

Des intervalles parfois généreux

Souvent, un coup d’œil aux calendriers d’entretien recommandé rassure les propriétaires de véhicules : on y prescrit des vidanges d’huile aux 8 000, aux 16 000 et même aux 25 000 kilomètres pour certains modèles. Facile alors de conclure qu’il ne sert à rien d’ouvrir le capot pour les 6 prochains mois, sauf pour ajouter du lave-glace!

La réalité est pourtant bien différente. À négliger certaines vérifications, il en coûte cher, tôt ou tard, pour des réparations que l’on aurait pu éviter ou retarder.

En parallèle aux calendriers à intervalle fixe, il existe aussi des systèmes de surveillance électronique chez certains constructeurs. De tels systèmes évaluent plusieurs paramètres comme la détérioration de l’huile. Le temps venu, l’ordinateur de trajet avise le conducteur des kilomètres à écouler avant la visite de service.

Que vous ayez un calendrier conventionnel ou un système automatique, CAA-Québec recommande au moins de vous y conformer. En cas de bris lié à un manque d’entretien, le concessionnaire vous demandera les preuves de service afin d’honorer la garantie. Si vous êtes le premier propriétaire et que vous n’avez aucune facture à présenter, vous aurez sans doute du mal à faire réparer le véhicule sans frais.

En revanche, si vous avez acquis une voiture d’occasion encore sous garantie, la Loi sur la protection du consommateur (LPC) vous protège. L’article 52.1 précise que « Le commerçant ou le fabricant ne peut exiger du consommateur qu’il fasse la preuve que les précédents propriétaires ou locataires du bien ont respecté les conditions de la garantie ». En cas de bris du moteur, par exemple, nul commerçant ne peut donc exiger les factures de vidanges d’huile de l’ancien proprio avant de réparer ou de remplacer le moteur à ses frais… à condition, évidemment, que la défaillance ne soit pas due à une utilisation abusive.

L’atelier mécanique de votre choix

L’article 52 de la LPC vous donne aussi un autre droit plutôt méconnu : celui de choisir, pour l’entretien de votre véhicule, l’atelier mécanique qui vous convient – qu’il soit indépendant, membre d’une chaîne ou associé à un constructeur. Cela reste vrai même si votre auto se trouve sous garantie ou qu’il s’agit d’une reprise de bail. Bref, malgré la croyance populaire, rien ne vous contraint à confier l’entretien au concessionnaire qui vous a vendu l’auto.

Peu importe l’endroit retenu, certains conseils s’appliquent néanmoins :

– Si on vous propose des interventions non inscrites dans le calendrier d’entretien, vous pouvez les refuser.

– Votre mécano doit vous remettre une facture qui détaille les travaux. Par exemple, s’il a remplacé un filtre à air, demandez que le numéro de la pièce soit noté. Ce genre de précautions vous protège si un bris nécessite ensuite l’application de la garantie du constructeur.

L’entretien, une responsabilité partagée

L’entretien d’une voiture est un travail d’équipe. Il inclut ce que vous pouvez faire vous-même et ce que vous devriez confier à un atelier mécanique de confiance.

La vidange d’huile

Depuis une dizaine d’années, les constructeurs recommandent l’emploi d’une huile moins visqueuse que les traditionnelles 5W-30 ou 10W-30. Même si elle coûte plus cher que l’huile minérale, l’huile synthétique est souvent mise de l’avant, notamment pour les raisons suivantes :

  • Elle contribue à réduire la consommation d’essence.
  • Elle conserve mieux ses propriétés à la chaleur, mais aussi par grands froids – ce qui favorise le démarrage pendant l’hiver.
  • Elle dure plus longtemps que l’huile traditionnelle, ce qui permet d’espacer les vidanges.

Les constructeurs suggèrent toutefois un calendrier plus serré pour une conduite dite « intensive », comme de courts trajets combinés à de fréquents démarrages par temps froid. Si ce genre de conduite décrit justement votre situation, suivre le calendrier intensif pourrait s’avérer payant à long terme.

À faire vous-même

Vérifiez le niveau d’huile. Avez-vous encore une jauge pour vérifier le niveau d’huile de votre véhicule? Si oui, prenez soin de vous en servir, car la station d’essence du coin n’offre plus ce service depuis belle lurette!

 

En général, le constructeur recommande d’y jeter un œil après un ou deux pleins : un niveau d’huile inadéquat (une lacune fréquente, puisque même les moteurs neufs peuvent consommer un peu d’huile) peut endommager la mécanique, même celle des voitures récentes.

Les autres liquides

Saviez-vous que le système de refroidissement (qui inclut le radiateur), le circuit de freinage et, dans certains cas, la direction assistée fonctionnent à l’aide de liquides? CAA-Québec recommande d’inspecter vous-mêmes ces fluides une fois par mois. Par ailleurs, chaque visite d’entretien devrait comprendre un tel examen et l’appoint des liquides manquants – ou, lorsque c’est requis, leur remplacement.

Notez que l’huile d’une boîte manuelle a rarement besoin d’être changée. La plupart des transmissions automatiques, elles, réclament une vidange tous les trois ou quatre ans, ou à partir d’environ 60 000 km selon les modèles.

Mesure précise pour jours froids

L’essence est un autre liquide à vérifier, surtout l’hiver!

 

À faire vous-même

À la saison froide, maintenez le réservoir de carburant au moins au quart plein ; cela évite que l’essence se condense et que son gel subséquent entraîne soit une panne, soit des dommages au circuit d’alimentation.

Le filtre à air

Le filtre à air, essentiel, stoppe des débris, des poussières et des projections de la route qui pourraient s’infiltrer dans le moteur. Les filtres actuels surpassent ceux d’autrefois, moins durables, qu’il fallait remplacer lors de chaque vidange d’huile. Faites tout de même vérifier le vôtre au moment de chaque visite d’entretien ou plus souvent si vous circulez sur des chemins poussiéreux.

Le filtre d’habitacle

Les véhicules comportent maintenant presque tous un filtre d’habitacle (souvent nommé « filtre à pollen ») pour épurer l’air soufflé par les bouches de ventilation intérieures. Le remplacer, une fois l’an ou tous les deux ans, coûte rarement plus de 50 $. Cette dépense vaut vraiment la peine pour respirer un air de meilleure qualité et maximiser la ventilation.

Les pneus

Faites permuter les pneus : cette « rotation » permet de garder vos pneus plus longtemps. Pourquoi? Parce qu’autrement, leur usure sera inégale. La plupart des autos sur le marché comptent un rouage à deux roues motrices qui sollicite davantage les pneus d’un des essieux. De même, la plupart des modèles à traction intégrale transmettent plus de puissance à l’un des deux trains de roulement.

Pour plus de durabilité, mais aussi de sécurité, il faut donc permuter les pneus. Selon les consignes du constructeur, mettez cette démarche à l’agenda aux six mois, une fois l’an ou d’après un kilométrage prescrit. Profitez-en pour faire vérifier le parallélisme des roues.

 

À faire vous-même

Mesurez souvent la pression d’air des pneus.

 

Elle doit être à point. Un pneu sous-gonflé, par exemple, risque de s’user trop tôt en plus d’augmenter la consommation d’essence et de rendre la conduite du véhicule instable.

Les freins

De nos jours, seules certaines autos proposent encore des freins arrière à tambour. Tant mieux pour la sécurité routière, car les freins à disque les surclassent. Mais ceux-ci n’ont pas que des qualités : ils s’abîment plus vite et tendent à gripper, ce qui accélère l’usure. C’est particulièrement vrai au Québec, où l’humidité et les variations de température sont élevées.

Demandez une inspection des freins au moins une fois par année, au moment d’une visite d’entretien. Un bon technicien constatera un début de grippage et corrigera le problème pour retarder des réparations… vraiment plus coûteuses.

La batterie

Une batterie dure autour de 4 ans – qui peuvent être marqués par des problèmes de démarrage si elle est en mauvaise condition. Pensez à faire vérifier cette composante essentielle, souvent malmenée par les rigueurs du climat canadien. À – 30 degrés Celsius, par exemple, il ne reste qu’environ 25 % de sa capacité énergétique maximale pour permettre le démarrage. Des vérifications ponctuelles et, au besoin, une recharge ou un remplacement, feront toute la différence.

À faire vous-même

Une ou deux fois l’an, jetez un œil à votre batterie pour détecter la corrosion.

Observez alors les bornes. Quand le « vert-de-gris » est présent, il peut nuire à la circulation d’énergie essentielle au démarrage du véhicule. Au besoin, faites nettoyer votre batterie.

Les autres composants à ne pas négliger

Il existe plusieurs autres pièces à surveiller sur les véhicules. Bougies, climatiseur, courroie de distribution sont du nombre, tout comme les essuie-glaces.

À faire vous-même

Changez les essuie-glaces qui ont fait leur temps.

Accomplir cette tâche vous-même (une fois l’an ou tous les deux ans, selon le kilométrage parcouru) vous permettra d’économiser quelques dollars.

 

Un gros contrat, l’entretien?

Ainsi condensées, les démarches à effectuer pour prendre soin de votre véhicule peuvent sembler exigeantes. Étalées sur sa durée de vie utile, ces mêmes démarches se révèlent toutefois sous un bien meilleur aspect : celui d’une voiture en bon état, sans dépenses évitables, qui vous rendra mille et un services!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des